Lucía Lacarra: “Le côté humain est ce qui fait finalement un artiste”

editIMG_3959

Grande figure de la danse internationale, Lucía Lacarra, originaire de Zumaia, revient sur sa carrière réussie pour BasqueMagazine et nous parle avec enthousiasme de son spectacle actuel avec lequel elle se produira le 22 mai prochain au Kursaal de San Sebastian, Fordlandia.

Lucía Lacarra et Matthew Golding dans Fordlandia ©Leszek Januszewski
Lucía Lacarra et Matthew Golding dans Fordlandia ©Leszek Januszewski

Quand avez-vous décidé que le ballet allait être votre vie ? Avez-vous été très clair?

C'est quelque chose que j'avais très clairement depuis l'âge de 3 ans. J'ai déjà dit que j'allais être danseuse. À l'époque, à Zumaia, il n'y avait pas une seule académie. J'ai dû attendre d'avoir 9 ans pour qu'ils en ouvrent un. Dans un monde où elle n'existait pas, j'étais déterminé à devenir danseur. Dans la première académie, j'ai attrapé la barre, nous avons fait la première position et je me sentais déjà comme un danseur professionnel. Quand j'avais 11 ans, on m'a recommandé à ma mère de m'emmener suivre un cours à Tarragone car j'avais de très bonnes qualités. Une fois là-bas, tous les professeurs se sont retournés contre moi et ont dit à ma mère qu'elle avait apporté une étoile, que tous les dix ans une telle personne naissait. À la suite de ce cours, ils ont dit à ma mère qu'il y avait un très bon professeur à Donostia, Mentxu Medel, qui avait travaillé avec des enfants très bien préparés. Jusque-là, ils m'avaient proposé de m'emmener à Barcelone, Bruxelles, Cannes... J'ai été à Donostia jusqu'à mes 14 ans pour accéder à une bourse et aller à Madrid. Tout est allé assez vite là-bas. J'étais à l'école pendant un an et quand j'avais 15 ans, j'ai commencé à danser en tant que professionnel.

Lucia à l'époque, pouviez-vous imaginer avoir un tel succès ? Vous avez remporté des récompenses très importantes pour votre carrière de danseuse dans de nombreuses régions du monde.

Quand j'avais 11 ans, j'ai pu voir la première vidéo, Swan Lake. J'ai appelé ma mère et lui ai dit: "Tu vois ces deux rangées? Je veux être le dernier d'un". Ce monde me paraissait tellement magique que ce que je voulais, c'était vivre sur une scène, que mon travail était d'aller au théâtre et danser. Être le dernier pour moi était le plus grand des bonheurs. Je n'imaginais ni ne m'attendais aux prix. Pour moi, la danse a toujours été quelque chose pour s'amuser, ressentir des émotions, s'exprimer... et ne pas se sentir jugée. La danse, si c'est un art, vous ne pouvez pas rechercher la perfection. Quand je suis allé à Moscou, où ils m'ont donné le Prix Benois de la Danse, l'Oscar de la Danse… Je pensais que je n'en aurais jamais un comme ça. Chaque fois que je prends un prix, je dis: "Mon Dieu, qui me l'aurait dit."

Fordlandia. ©Leszek Januszewski
Fordlandia. ©Leszek Januszewski

Quel est le premier moment et comment est-ce de travailler à l'international ?

J'étais déjà à Madrid. Il est arrivé un moment où j'ai réalisé qu'en raison des circonstances, je n'étais pas content. Je suis retourné à Donostia et, grâce à un contact, je suis allé à Marseille à 18 ans parce qu'ils avaient besoin d'une étoile. Le fait d'avoir dit « non » parce que je n'étais pas heureuse m'a beaucoup aidé dans la vie. Parce qu'alors ça ne m'a pas coûté d'aller d'un endroit à un autre. D'un pays à l'autre. J'ai réalisé que c'est ma vie, j'ai tout donné pour cette vie, parce que j'ai le droit de décider. Après 3 ans à Marseille je suis allé à San Francisco. C'était comme une recherche, apprendre sur moi-même et découvrir. Après y avoir passé 5 ans, je suis allé à Munich sur une décision déjà prise avec plus de connaissance sur tout, basée sur le théâtre, le répertoire, le point géographique… J'y suis resté 14 ans. Et depuis, 2 ans à Dortmund, Madrid… C'est une évolution constante à laquelle je me prépare petit à petit.

Fordlandia, un projet avec lequel vous jouerez le 22 mai au Kursaal de San Sebastián. Que pouvez-vous nous dire?

Fordlandia est pour moi quelque chose de très spécial. Matthew Golding et moi nous connaissons depuis des années, car nous nous sommes rencontrés lors de galas. Nous nous sommes rencontrés en juin 2019 dans l'un d'eux et là nous nous sommes connectés, nous nous sommes vraiment rencontrés. J'ai toujours eu envie de produire un spectacle. Et lui aussi à ses côtés. En janvier 2020, nous sommes allés à San Francisco en pensant créer une pièce. En février, nous avions commencé à travailler sur d'autres pièces car nous avions besoin de pièces pour des galas... Et en mars, le monde est tombé par terre. La pandémie a commencé. On était en Allemagne à danser, ils nous ont dit que tout fermait et qu'il fallait partir. Nous avons dû nous séparer.

Fordlandia. ©Toti Ferrer
Fordlandia. ©Toti Ferrer

Et comment vous êtes-vous organisés ?

Il était temps de créer. Nous nous sommes dit qu'au moment où la pandémie était terminée, le spectacle devait être prêt et pendant ces 10 semaines, nous l'avons créé, virtuellement. Nous ne voulions pas quelque chose de merveilleux, d'extraordinaire… nous voulions quelque chose d'honnête, nous voulions capturer ce que nous ressentions à ce moment-là, la distance. Nous ne savions pas quand nous allions danser à nouveau. Nous avons créé Fordlandia avec une capacité de 25 %, mais peu nous importait qu'il y ait 200 ou 2 000 personnes, car nous étions de retour sur scène. Les gens me disent après avoir vu Fordlandia qu'ils reçoivent ce rêve, cette évasion de la réalité, ils sont transportés vers quelque chose de magique qui est un voyage à travers un rêve que nous avons. Je me suis dit que lorsque la capacité serait à 100%, je l'apporterais à Donostia pour que les gens d'ici puissent le voir et je l'ai fait.

Après tant de voyages autour du monde, qu'est-ce que cela signifie pour vous de revenir à Zumaia ?

Retourner chez soi. Je suis parti très tôt et je ne suis revenu qu'en septembre 2019. Jusque-là, j'ai vécu dans le monde entier. C'est pourquoi plus que tout, Zumaia a été ma maison. J'ai toujours su que je serais conditionné par mon métier. La danse conditionne votre vie. Pour danser, je savais que je devais vivre là où la danse m'emmènerait.

J'ai eu une enfance tout à fait normale, naïve, heureuse, avec la liberté et la sécurité d'un enfant. Se sentir normal. C'est important pour ton ego, ta tête… C'est finalement le côté humain qui fait de toi un artiste. Avoir un ego disproportionné... ça ne sert à rien. C'est fou d'aller d'un endroit à l'autre... mais fou que j'aime.

Fordlandia. ©Leszek Januszewski
Fordlandia. ©Leszek Januszewski

Pouvez-vous recommander un plan pour quelqu'un qui visite Euskadi pour la première fois ?

Quand je viens habituellement, c'est pour me reposer car je ne m'arrête pas dans mon quotidien. J'adore aller à San Sebastián, aller à La Perla… La beauté du Pays Basque, c'est à quel point tout est naturel et décontracté. Vous n'avez pas besoin d'avoir un plan et vous pouvez découvrir des petites adresses, de merveilleux restaurants pour manger partout, des promenades divines où géographiquement c'est merveilleux... J'ai découvert beaucoup de choses avec Matt, j'ai commencé à le voir à travers ses yeux. Il est amoureux de Zumaia. Nous sommes très chanceux de vivre là où nous vivons.

Si te gusta la noticia no puedes perderte:

Cristóbal Balenciaga

Balenciaga, la vie du génie de Getaria

Cristóbal Balenciaga Eizaguirre est né à Getaria le 21 janvier 1895. Son père, pêcheur, est décédé lorsque Balenciaga avait 11 ans. La mère, figure de référence pour Balenciaga, était couturière et travaillait pour la famille des marquis de Casa-Torres.

Seguir leyendo icono

S'abonner à notre newsletter

Nous disposons d'un contenu touristique de la meilleure qualité et nous le livrons dans votre boîte de réception tous les quinze jours.

Te van a encantar