Julie Andrieu : « La cuisine populaire est un bon moyen de comprendre un pays »

Julie Andrieu participara en la edición de este año
Julie Andrieu participara en la edición de este año

La française Julie Andrieu participera cette année à San Sebastián Gastronomika en tant que prix du journalisme gastronomique et le fera à coup sûr avec le sourire aux lèvres. Celui-là même qui l'a accompagné pendant les 20 ans qu'il communique son amour pour la gastronomie à partir, principalement, de la télévision française. Informations sur www.sansebastiangastronomika.com

Fille d'une actrice célèbre, Andrieu ne se considère ni journaliste ni cuisinière, même si elle confine des deux côtés. Oui communicatrice, poste qui la soutient pour bien parler de l'évolution et de l'état actuel de la profession (journalisme) et du secteur (gastronomie). Défenseuse de la cuisine paysanne et locale ("Celle qui a tout inventé") et de "l'irrégularité magique de la cuisine", la Française voit et relate des points d'union entre la cuisine de son pays et celle de l'espagnol bien qu'elle garde la pâtes si vous devez choisir un plat.

Julie bere deskapotable gorri ospetsuarekin Frantziako gastronomia telebistarako bisitatzen
Julie avec son célèbre cabriolet rouge avec lequel elle parcourt la gastronomie de France pour la télévision

Dixième lauréat du Journalisme gastronomique "Pau Albornà i Torras", la reconnaissance par Gastronomika de la meilleure facette journalistique dans le domaine de la gastronomie. Toutes nos félicitations!

Merci. Ce fut une grande surprise, beaucoup de fierté et, surtout, un immense plaisir. Hormis les Français, les Espagnols ont toujours été les adeptes les plus assidus de « Las Recetas de Julie » (sa dernière émission télévisée), ce qui me surprend et j'adore ça. Ils me reconnaissent même plus dans la rue qu'en France ! Je n'avais jamais fréquenté Gastronomika alors qu'il est ce qu'il est, l'un des principaux baromètres de la gastronomie mondiale. Je ne suis pas chef, donc je ne me sentais pas forcément à ma place. Je n'aurais jamais imaginé être consacré journaliste à ce congrès, mais j'en suis ravie.

Les carnets de Julie
Les carnets de Julie

Avec la série télévisée « Les

Les carnets de Julie elle

parcour  la gastronomie de

la France.

Eh bien, vous êtes consacré, avant tout, comme le dit l'organisation, pour aider à transmettre les valeurs de la gastronomie.

C'est une récompense que j'aime, qui correspond à ma personnalité. J'ai toujours voulu être transmetteur, vulgariser la connaissance des « grands » et susciter chez les autres l'envie de découvrir et comprendre la différence, l'altérité. Donner de la valeur mais en même temps relativiser ma propre culture a toujours été un moteur pour moi. Je suis convaincu que la cuisine populaire est l'une des manières les plus fidèles de comprendre un pays et une culture. Dis-moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es…

Cette année à Gastronomika il y aura un dialogue entre la France et l'Espagne, des pays gastronomiquement complémentaires ?

Bien sûr! La France est entourée, comme l'Espagne, par la Méditerranée. Tous deux sont des pays de montagne dans lesquels la gastronomie est primordiale. De nombreux plats ont des racines communes : le ragoût ressemble beaucoup à notre pot-au-feu. Nous partageons également le culte du jambon et des produits de charcuterie. La crème catalane est, sans aucun doute, à l'origine de notre crème brûlée anoblie par Joël Robuchon. Le ragoût de haricots des Asturies est étonnamment similaire à notre cassoulet. Et le poulpe de Galice est pratiquement identique au poulpe cuit de Marseille. J'ai eu l'occasion d'assister à la rencontre entre Ferran Adrià et Michel Guérard. Ferran était très excité et a dit à Michel qu'il était un professeur pour lui et que ses livres avaient déclenché sa passion pour la cuisine. Des moments comme celui-ci vous marquent à vie.

Avec ses programmes, vous avez voyagé dans toute la France et une partie du monde. Pouvez-vous choisir une région ou une recette ? Quelle est celle qui vous a le plus surpris ?

Il y en a tellement… Dix ans de programme et près de 300 destinations ! Je me souviens d'une grand-mère dans les Landes, près de l'Espagne. Il cuisinait un poisson de rivière, abondant, très bon marché, savoureux mais peu connu car plein d'épines : le tarpon. Pour fondre les arêtes, parfumer le poisson et le cuire sans avoir à le contrôler constamment, il l'a recouvert de vin blanc doux de la région, a ajouté quelques prunes de son jardin et l'a laissé cuire dans un coin de son four pendant 48 heures. Le résultat était sublime. J'ai pratiqué la cuisson à basse température avant les grands chefs et sans le savoir. Son poisson, confit, miellé, laqué par les sucres du vin et des fruits, ressemblait à une anguille japonaise. La cuisine paysanne a tout inventé !

Julie Andrieu chef

Vous avez commencé à travailler tôt...

J'ai commencé à travailler à 17 ans, après le lycée. Je voulais commencer le plus tôt possible. J'ai pris des photos pour financer mes voyages. J'ai fait le tour de l'Inde, de Cuba, du Népal et du Sri Lanka seul, avec mon sac à dos. Je suis devenu photographe. Je voulais être reporter, couvrir l'actualité internationale, les grands conflits, être sur le terrain, mais je me suis rendu compte que cela allait nuire à ma vie privée. J'étais amoureux et probablement pas assez motivé. Cependant, la volonté de compter est restée en moi et je me suis concentré sur la cuisine, quelque chose de beaucoup moins risqué… (rires). Mais je n'ai jamais pensé à être chef. Elle n'était pas assez sédentaire et elle était trop seule. Je ne me voyais pas travailler entre les quatre murs d'une cuisine. Oui, j'ai eu la chance de pouvoir monter dans les cuisines d'Alain Ducasse ou d'Alain Passard.

Toucher du bout des doigts les folles exigences de la haute cuisine, l'immense talent de ses créateurs, m'ont confirmé que ce métier pouvait s'exercer comme un art. Mais cela m'a aussi permis de me positionner : ce que j'avais fait avec la photographie (voyager, découvrir, explorer…) j'allais le faire avec la cuisine. Transmettre des techniques, des savoir-faire mais surtout créer des liens entre les hommes et la culture. Quand on m'a offert ma première opportunité en cuisine, j'ai proposé un programme qui combinait cuisine et voyage. Je n'avais pas les moyens de le faire à l'époque mais j'ai persévéré et, quatre ans plus tard, j'ai vendu le programme à Cuisine TV et, plus tard, à France 5. J'ai voyagé pendant douze ans à travers le monde, dans un tourbillon de saveurs. et des rencontres incroyablement enrichissantes.

Lire l'intégralité de l'interview sur le site San Sebastian Gastronomika

https://www.sansebastiangastronomika.com/es/Magazine/Post/julie-andrieu

Si vous aimez l'histoire, vous ne pouvez pas manquer :

Moutarde au piment d'Espelette

Les saveurs du Pays Basque

Le Pays Basque a de nombreux charmes à découvrir, parmi lesquels se distingue sa gastronomie soignée, qui rend la visite de cette région des Pyrénées Atlantiques toujours intéressante. Attention au Gâteau Basque, ils ne l’oublieront pas.

Seguir leyendo icono

Suscríbete a nuestra Newsletter

Tenemos el mejor contenido de calidad turística y te lo enviamos a tu bandeja de entrada todos los meses.

Vous allez l'adorer